poezii
v3
 

Agonia - Ateliere Artistice | Reguli | Mission Contact | Înscrie-te
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Articol Comunităţi Concurs Eseu Multimedia Personale Poezie Presa Proză Citate Scenariu Special Tehnica Literara

Poezii Romnesti - Romanian Poetry

poezii


 

Texte de acelaşi autor


Traduceri ale acestui text
0

 Comentariile membrilor


print e-mail
Vizionări: 30 .



LE SAMEDI DU VILLAGE
poezie [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
de [GIACOMO_LEOPARDI ]

2019-11-06  | [Acest text ar trebui citit în francais]    |  Înscris în bibliotecă de Guy Rancourt




La jeune fille revient de la campagne
Au déclin du soleil,
Portant sa botte d’herbes ; et elle tient à la main
Un petit bouquet de roses et de violettes,
Dont, comme à l’accoutumée,
Elle se propose de parer,
Demain, jour de fête, son sein et ses cheveux.
Elle s’assoit avec les voisines
Dans l’escalier, pour filer, la petite vieille,
En se tournant du côté où se perd le jour ;
Et elle se met à raconter toutes ses belles années
Alors qu’aux jours de fête elle se parait
Et qu’encore vive et souple
Elle allait danser, le soir, avec ceux
Qui étaient les compagnons de son bel âge.
Déjà l’air s’embrunit,
Le soir s’azure, et l’ombre coule
Des collines et des toits
Dans la blancheur de la lune neuve.
Maintenant la cloche annonce
La fête qui approche ;
Et à son tintement on dirait
Que le coeur s’apaise.
Les enfants crient
Sur la petite place, en bandes,
Et en sautant çà et là
Font une rumeur joyeuse :
Et pendant ce temps retourne à sa pauvre table,
En sifflant, le laboureur,
Et il songe en lui-même à son jour de repos.
Puis quand s’éteignent partout les autres flambeaux,
Et que tout se tait,
On entend le marteau cogner, on entend la scie
Du menuisier qui veille
Dans son atelier fermé, à la lampe,
Et qui se hâte, et s’efforce
D'achever son ouvrage avant le point du jour.
De toute la semaine, c’est le jour le plus aimable,
Plein d’espoir et de joie :
Demain les heures ramèneront
La tristesse et l’ennui, et chacun par la pensée
Retournera à la peine accoutumée.
Jeune garçon enjoué,
Ton âge en fleur
Est comme un jour plein d’allégresse,
Jour clair, serein,
Qui prélude à la fête de ta vie.
Réjouis-toi, mon enfant : c’est un doux état,
Une saison heureuse que la tienne.
Je ne te dirai rien d’autre : mais si ta fête
Tarde à venir, que cela ne te pèse pas.
(Giacomo Leopardi, Canti)

.  |










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii Casa Literaturii, poeziei şi culturii. Scrie şi savurează articole, eseuri, proză, poezie clasică şi concursuri. poezii
poezii
poezii  Căutare  Agonia - Ateliere Artistice  

Reproducerea oricăror materiale din site fără permisiunea noastră este strict interzisă.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politică de publicare şi confidenţialitate

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites!